Le Monde Arabe et les Arts…

«  La petitesse d’un dessein fait partie intégrante de la grandeur du dessin… »

The arabic novel

J’ai grandi bercée par des contes, des anecdotes parsemées de magie et de romance. Ces mots, je les ai entendus, puis visualisés en arabesque enveloppés dans un manteau d’encres, j’ai couché ces lettres sur papier et mon amour pour la calligraphie fût. J’ai toujours eu une sensibilité exacerbée, j’entre en résonance avec ce qui m’entoure instinctivement, les joies, les peines même les non-dits me chuchotent à l’oreille… J’aime les mots, la littérature et les arts et à un stade de sa vie ou l’on fouine dans ses origines pour éclairer nos pas, j’ai décidé d’étudier les arts d’un Monde duquel je suis issue, le Monde Arabe.

L’une des premières notions abordées est cette comparaison constante avec l’Occident, ses réalisations, ses artistes et son patrimoine… Je prends pour exemple le théâtre en partant d’un ouvrage de Monica Ruocco « Histoire de la littérature arabe moderne ». Pour Monica, le théâtre Arabe ne naquit véritablement qu’avec la période de la Nahda, soit au XXe siècle. Balayant ainsi d’un revers toute la théâtralité de cette civilisation sous prétexte qu’elle n’emploie pas les codes Occidentaux. Loin du théâtre à l’italienne et son cadre fixe, ses distinction marquée entre le public et les acteurs et ses rôles figés, le théâtre Arabe est basé sur l’interactivité, une improvisation au fil de l’eau sur une trame plus ou moins souple. C’est le cas notamment du Karagoz à Istanbul :

Résultat de recherche d'images pour "Karagoz"

inspiré du théâtre d’ombre chinoise et du « Sunduk Al Ghazab » La boîte à Merveille, dont les trames sont ficellées durant la représentation en fonction de l’interactivité avec les spectateurs. Je me rappelle avoir tiré une conclusion simple de ce cours, que ce n’est pas parce qu’on ne peut pas lier la théâtralité Arabe à la théâtralité Occidentale que celle-ci n’existe pas… que la vision Occidentale ne doit pas être une référence mondiale quelque soit le domaine concerné. D’ailleurs, je vous écrirai bientôt sur la reconstruction de l’Orient par l’Occident mais pour le moment je voudrais m’attarder sur les Arts.

La conception des Arts a été influencée par l’Islam, on constate une absence de représentation directe pour se focaliser sur l’embellissement du verbe, dont il est nécessaire de rappeler qu’il été sacré pour le monde Arabe bien avant l’Islam. La parole, le verbe sont des questions d’honneur, on aime les promesses, les contes et la poésie… Avec elle on éduque, rassemble et créée des histoires que l’on se transmet sur plusieurs générations pour ne pas perdre le fil de son identité.

Résultat de recherche d'images pour "conteur désert touareg"

Il y aussi ces arabesques, ce Tajalli que l’on peut traduire par la représentation divine de dieu dans toute chose. Et, c’est part la géométrique que ces artistes arabo-musulman vont réaliser l’exploit de retranscrire une notion aussi subtile que celle-ci.

Toute la philosophie de l’arabesque réside dans cette volonté d’illustrer la présence divine dans toute chose, aussi infime soit-elle..et que la petitesse du dessein fait partie intégrante de la grandeur du dessin.

Je terminerai par un proverbe soufi que j’apprécie particulièrement :

  • Ne brisons le silence que pour parler des qualités qui permettent aux hommes de transcender l’ordinaire en extraordinaire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s